Leur prix ayant chuté de façon très importante (on en trouve en effet à partir de 10 €), on peut envisager facilement l’achat à l’école.

Leur prix est une chose, la qualité est une autre. Elle est définie par le nombre de points (les pixels) que le capteur photosensible (CCD ou CMOS) est capable d’aligner. Plus le nombre de points horizontaux multiplié par le nombre de points verticaux est important, plus grande sera l’image affichée à l’écran de l’ordinateur.

Quant à la fluidité de l’image vidéo affichée sur votre écran, elle est définie par le nombre d’images par seconde. 25 images par seconde est la norme de la télévision. A 20 images, c’est encore assez fluide mais à 10 ou 15 images par seconde, ça commence à être saccadé.

La connexion sur l’ordinateur ne pose plus de problème avec la prise USB présente sur tous les ordinateurs récents.

Il faudra veiller enfin à toujours mettre beaucoup d’éclairage (genre spot halogène) pour obtenir une qualité d’image convenable : ces petites caméras n’étant guère sensibles à la lumière.

Une webcam, pour quoi faire ?

Visiophoner:

  • C’est la fonction première de ces petites caméras. Grâce à Internet, on peut se faire coucou d’un bout à l’autre du monde à la condition que l’autre interlocuteur en soit lui aussi équipé. A l’aide d’un logiciel comme Netmeeting (fourni gratuitement avec les dernières moutures de Windows ou avec la caméra), il suffit de convenir d’une heure pour converser en direct en se voyant. C’est la réalisation du vieux rêve du visiophone. Attention, ça fonctionne mieux avec un modem rapide et aux heures où Internet n’est pas trop encombré ! Une des utilisations possibles est la correspondance avec une classe à l’étranger dans le cadre de l’apprentissage des langues étrangères.

Enregistrer des petites séquences vidéo.

  • Rien de plus simple. Pour réaliser une petite séquence vidéo, il suffit de se placer devant la caméra, d’ouvrir le logiciel de capture livré avec la caméra et de cliquer sur l’icône d’enregistrement. On peut ainsi s’enregistrer seul, en visionnant en direct sur l’écran de l’ordinateur. Attention cependant à ne pas faire trop long, car cela a vite fait de tenir beaucoup de place sur le disque dur. On pourra ensuite expédier la séquence vidéo en la joignant à un e-mail sous forme de fichier attaché. Là encore, il sera préférable de ne pas faire trop long, donc trop gros !

Faire des photos.

  • C’est un appareil photo numérique bon marché ! Les webcams sont livrées avec un logiciel de capture d’images fixes. On peut ainsi aisément se photographier sans l’aide d’une tierce personne. C’est à recommander, entre autre, dans le cas d’enfants qui n’aiment pas être photographiés mais qui acceptent quand c’est eux-mêmes qui le font. Le système est simple. Là encore, il suffit de se placer devant la caméra, de lancer le logiciel, et de cliquer sur l’icône d’enregistrement.
  • Certaines caméras sont livrées avec un « driver TWAIN » qui permet d’insérer directement les photos dans un logiciel, comme à partir d’un scanner .
  • Il est à noter que les images fixes n’ont rien à voir en terme de « poids » avec les séquences vidéo. Une photo correcte au format JPEG ne tiendra que 50 Ko, alors qu’une séquence vidéo d’une dizaine de secondes et de qualité très moyenne aura vite fait de « peser » plus de 1 Mo, (pour mémoire, la disquette contient 1,44 Mo soit 1440 Ko !)

Publier des images d’un lieu sur Internet.

  • Actuellement, il existe ce type de caméras dans un certain nombre d’endroits dans le monde entier. Elles permettent de voir soit en direct, soit à intervalles réguliers ce qui se passe là où elle est placée : par exemple en haut de la Tour Eiffel, devant la machine à café de Canal +, dans les stations de ski,...Vous pouvez en faire autant, mais il faudra passer à la création d’un site dans lequel vous changerez un fichier (correspondant à l’image envoyée) suivant un laps de temps défini à l’avance.